[Livres] Paris Librairies, le site qui m’a transformée en chasseuse de trésors

Librairie Chat Pitre
Petite librairie jeunesse dans le 13e arrondissement. J’ai failli me perdre 3 fois avant de la trouver !

 

Pendant des années, comme des dizaines de milliers de gens sur la planète, j’ai commandé des livres sur Amazon. Tous les ouvrages du monde – les plus spécialisés, les plus rares, qu’ils soient écrits en français ou en anglais – s’y trouvent à disposition. Livraison gratuite et rapide. Pas besoin de se déplacer. C’est si pratique !

Et puis un jour, à la radio, j’ai entendu parler du livre de Jean-Baptiste Malet : En Amazonie, infiltré dans le “meilleur des mondes”. Le journaliste décrit de l’intérieur les conditions de travail des employés d’Amazon. Les cadences harassantes, le flicage systématique, l’endoctrinement, le mirage des créations d’emploi

Comme pour les produits ménagers et les parfums, sur le coup, j’ai encaissé l’information, puis qu’elle m’a travaillée pendant des mois, des années, jusqu’à ce que je finisse par ressentir une sorte de nausée à la simple évocation d’Amazon. Voilà, j’avais basculé de l’autre côté. Désormais, impensable de continuer à recourir à une multinationale qui asservit ses employés, détruit plus d’emplois qu’elle n’en crée et entasse ses bénéfices dans des paradis fiscaux.

Le problème, c’est que mes “années Amazon” m’ont laissé de mauvaises habitudes : je continue à avoir envie de pouvoir acquérir n’importe quels ouvrages – y compris les plus fantaisistes -, rapidement, et sans payer aucun frais supplémentaire.

J’ai la chance que Delphine’s books me glisse la solution : le site Paris Librairies (ça c’est pour les Parisiens. Pour le reste du territoire, je te renvoie vers la Place des Libraires). Il suffit d’entrer le nom d’un ouvrage dans le moteur de recherche, et hop ! le site affiche la liste de toutes les librairies dans lesquelles il est disponible.
C’est alors une drôle d’aventure qui a commencé pour moi…

J’ai commencé par chercher un premier album. Il était en rupture de stock un peu partout ailleurs, impossible de le commander, et il n’en restait que 2 exemplaires disponibles sur la capitale d’après Paris Librairies. Je me suis donc rendue dans le 7e arrondissement – un coin de Paris que je ne connais absolument pas -, pour aller récupérer l’album en question. J’ai découvert une grande et belle librairie, j’ai flâné, j’ai fouiné, et je suis ressortie avec deux livres.
Puis, pour un anniversaire, je suis partie à la recherche d’un roman très spécifique. Me voilà donc à faire un crochet dans le 19e pour le récupérer. Nouvelle librairie, autre ambiance, des échanges sympathiques. Une fois encore, je ressors avec deux livres au lieu d’un, et avec l’étrange satisfaction d’avoir découvert un lieu dans lequel je n’étais pas censée pénétrer. Comme si j’avais déjoué le cours normal des choses.

Depuis, c’est devenu un jeu, une chasse au trésor. Je poursuis des livres partout dans Paris. Je me retrouve dans les endroits les plus improbables, des quartiers où je n’ai pas mes habitudes, des rues où je me perds. Je découvre des librairies nichées au milieu de nulle part. Je farfouille, je discute, je m’imprègne d’une ambiance chaque fois différente. Parce que chaque librairie possède sa personnalité : bien rangée ou joyeusement bordélique, généraliste, spécialisée, intimiste, moderne… J’ignore si j’aurais l’occasion d’y mettre une deuxième fois les pieds. Mais chaque fois, c’est une surprise. J’ignore où ma recherche va me mener, et dans le rouage du quotidien, c’est une sensation étrangement grisante.

Quel coin de la capitale ma prochaine recherche va-t-elle me permettre de découvrir ? Je l’ignore encore. En tout cas, c’est une expérience drôle et surprenante que je conseille à tous les amoureux des livres.

[DIY] Un déguisement de superhéros/superhéroïne avec 3 bouts de ficelle !

Le mois dernier, j’ai animé un atelier sur le thème des superhéros et des superhéroïnes. Les enfants ont créé des déguisements géniaux et j’ai pris un plaisir fou à les accompagner dans leurs réalisations.

A la base, j’avais peint un grand décor en carton pour les prendre en photo à la fin de la séance. Mais les aléas de la vie (et les microbes) sont passés par là, je me suis retrouvée avec un Piou malade, et j’ai été contrainte d’alléger l’atelier. J’ai donc rajouté les décors plus tard sur ordinateur, et finalement, ça rend plutôt bien.
Ne sont-ils pas extras tous ces petits justiciers ?! <3

Réalisations durant l'atelier superhéros

 

L’anniversaire de ton môme arrive à grands pas et tu ne sais pas encore comment occuper une masse de gamins surexcités et braillards ? Allez hop, c’est l’occasion rêvée pour prévoir un petit atelier superhéros/superhéroïnes !

Matériel

  • Papier Canson de différentes couleurs
  • Rouleaux de papier toilette (pour réaliser les poignets. Attention, laisse bien sécher la peinture avant de les fendre, ils se déformeront moins)
  • Carton ondulé (pour réaliser les ceintures à accrocher avec des trombones)
  • Ciseaux
  • Colle vinylique
  • Peinture
  • Pinceaux
  • Elastique pour attacher les masques
  • Et en option : des stickers, des paillettes…

Je te laisse télécharger les différents modèles de masques et d’attributs en cliquant sur l’image ci-dessous :

Masques à imprimer

Les masques, les poignets et les boucles de ceinture sont personnalisables à l’infini. Par exemple, pour Piou, j’ai créé un déguisement de Rexor, le Garçon Dinosaure :

Le accessoires  de Rexor le garçon dinosaure

Piou déguiser en Rexor le garçon dinosaure

Attention crime, car voici Rexor, le Justicier du Jurassique !

[Albums jeunesse] Des livres pour les fans de dinosaures

Sélection d'albums jeunesse sur les dinosaures

Comme tu le sais peut-être, Piou adore les dinosaures. C’est d’ailleurs pour cela que je lui avais confectionné ce tapis de jeu  ainsi que des savons surprises en forme d’oeufs de dinosaure pour son anniversaire.

Des dinosaures, il y en a également plein sa bibliothèque. De nombreux éditeurs pour enfants ont abordé le thème, sous forme d’albums documentaires ou de fictions, mais tous les livres produits sont loin de se valoir. J’avais donc envie de partager avec toi la sélection des meilleurs albums que nous avons pu lire.

 

1. Pour un premier contact avec les “lézards terribles” : Mes dinosaures à toucher

Mes dinosaures à toucher, Ninie, Milan, 2013
© Mes dinosaures à toucher, Ninie, Milan, 2013

 

Mes dinosaures à toucher fait partie des premières lectures de Piou. Enceinte, j’avais eu un coup de cœur pour les livres de cette collection, qui renferment de jolies illustrations colorées, des reliefs, des textures variés, des revêtements irisés, des paillettes… De tous les albums documentaires que nous avons pu lire depuis, chez Milan, chez Nathan ou Gallimard, aucun ne m’a autant emballée que celui-ci. En comparaison, je les trouve moches et mal conçus, et pas uniquement parce qu’ils ne contiennent pas de paillettes !

Idéal pour : les tout petits Pious qui aiment tripoter les livres

Mes dinosaures à toucher, Ninie, Milan, 2013

Mes dinosaures à toucher, Ninie, Milan, 2013
© Mes dinosaures à toucher, Ninie, Milan, 2013
Mes dinosaures à toucher, Ninie, Milan, 2013
© Mes dinosaures à toucher, Ninie, Milan, 2013
Mes dinosaures à toucher, Ninie, Milan, 2013
© Mes dinosaures à toucher, Ninie, Milan, 2013
Mes dinosaures à toucher, Ninie, Milan, 2013
© Mes dinosaures à toucher, Ninie, Milan, 2013

 


2. Une parabole sur l’apprentissage et le contrôle des pulsions : L’Ami du petit tyrannosaure

L'ami du petit tyrannosaure, Florence Seyvos et Anaïs Vaugelade, Ecole Des Loisirs, 2003
© L’ami du petit tyrannosaure, Florence Seyvos et Anaïs Vaugelade, Ecole Des Loisirs, 2003

 

Le petit tyrannosaure se sent seul et triste : dès qu’il rencontre une créature sympathique avec laquelle il pourrait nouer une relation amicale, il ne peut s’empêcher de la dévorer ! Jusqu’au jour où Mollo, une souris pâtissière, se met en tête de l’aider à dompter son terrible appétit. Au bout de 3 jours, promis, ils deviendront meilleurs amis !

Cet album, on l’adore. Non seulement il est drôle et plein de malice, mais il se révèle aussi très utile à l’âge où les enfants découvrent l’école, la vie en communauté, et peinent à réfréner leurs envies de croquer les petits copains, si tu vois ce que je veux dire… Dans cette histoire comme dans la vie, les dérapages n’ont rien de dramatique et font partie d’un nécessaire apprentissage.

Idéal pour : les Pious qui maîtrisent mal leur agressivité/enthousiasme

L’Ami du petit tyrannosaure, Florence Seyvos et Anaïs Vaugelade, Ecole Des Loisirs, 2003

L'ami du petit tyrannosaure, Florence Seyvos et Anaïs Vaugelade, Ecole Des Loisirs, 2003
© L’ami du petit tyrannosaure, Florence Seyvos et Anaïs Vaugelade, Ecole Des Loisirs, 2003
L'ami du petit tyrannosaure, Florence Seyvos et Anaïs Vaugelade, Ecole Des Loisirs, 2003
© L’ami du petit tyrannosaure, Florence Seyvos et Anaïs Vaugelade, Ecole Des Loisirs, 2003
L'ami du petit tyrannosaure, Florence Seyvos et Anaïs Vaugelade, Ecole Des Loisirs, 2003
© L’ami du petit tyrannosaure, Florence Seyvos et Anaïs Vaugelade, Ecole Des Loisirs, 2003
L'ami du petit tyrannosaure, Florence Seyvos et Anaïs Vaugelade, Ecole Des Loisirs, 2003
© L’ami du petit tyrannosaure, Florence Seyvos et Anaïs Vaugelade, Ecole Des Loisirs, 2003

 

3. Un classique en puissance : Rex et moi

Rex et moi, de  François Roca et Frédéric Bernard, Albin Michel Jeunesse, 2007
© Rex et moi, de François Roca et Frédéric Bernard, Albin Michel Jeunesse, 2007

 

Un immense incendie contraint Iggy Pick, un jeune dryosaure, à quitter la forêt qui l’a vu naître. Le voilà soudain confronté à des dinosaures dix fois plus massifs que lui : les grands. Parmi ces grands, le plus redoutable est sans conteste Rex, le tyrannosaure aux mâchoires acérées. Iggy ne se laisse pourtant pas impressionner. Grâce à son humour, son audace et son ingéniosité, il va réussir à se mettre Rex et les autres grands dans la poche, assurant protection et nourriture pour tous ceux de son espèce.

Rex et moi est devenu un grand classique chez nous. Je sais d’avance que l’on en reparlera dans vingt ans et que Piou voudra le transmettre à ses enfants. Les illustrations sont d’une beauté à couper le souffle. Et quel talent pour représenter les dinosaures en extase tandis qu’ils se font épouiller ! ^^
Bien qu’ils s’écartent des réalités scientifiques, Roca et Bernard ont su tirer le meilleur de cette confrontation entre un grand prédateur et un petit dinosaure sans corne ni carapace. On a beau être petit et vulnérable, aucune difficulté n’est insurmontable lorsque l’on fait fonctionner sa tête. Et peu importe l’âge, la taille ou l’espèce, l’amitié efface toutes les différences.

Idéal pour : tout le monde !

Rex et moi, de François Roca et Frédéric Bernard, Albin Michel Jeunesse, 2007

Rex et moi, de  François Roca et Frédéric Bernard, Albin Michel Jeunesse, 2007
© Rex et moi, de François Roca et Frédéric Bernard, Albin Michel Jeunesse, 2007
Rex et moi, de  François Roca et Frédéric Bernard, Albin Michel Jeunesse, 2007
© Rex et moi, de François Roca et Frédéric Bernard, Albin Michel Jeunesse, 2007
Rex et moi, de  François Roca et Frédéric Bernard, Albin Michel Jeunesse, 2007
© Rex et moi, de François Roca et Frédéric Bernard, Albin Michel Jeunesse, 2007
Rex et moi, de  François Roca et Frédéric Bernard, Albin Michel Jeunesse, 2007
© Rex et moi, de François Roca et Frédéric Bernard, Albin Michel Jeunesse, 2007

 

4. Pour découvrir le pouvoir de l’imaginaire et des images : Dessine !

Dessine ! Bill Thomson, L'Ecole des loisirs, 2011
© Dessine ! Bill Thomson, L’Ecole des loisirs, 2011

 

Sur une aire de jeu battue par la pluie, trois enfants découvrent un mystérieux sac rempli de craies. L’une des petites filles entreprend de dessiner un soleil sur le bitume. Comme par magie, un soleil resplendissant jaillit de son dessin et s’élève dans le ciel, chassant les nuages et l’averse. La deuxième fillette dessine des papillons qui prennent vie sous leurs yeux. Le petit garçon, lui, se croit très malin lorsqu’il trace un dinosaure sur le sol, déclenchant l’apparition d’un immense tyrannosaure !

Dessine ! se distingue doublement des albums jeunesse traditionnels. D’une part, il repose sur une esthétique hyperréaliste qui n’est pas sans rappeler les travaux de l’artiste contemporain Richard Estes par exemple. Je ne peux également pas m’empêcher de ressentir l’influence du cinéma dans le travail de Bill Thomson. La construction des planches (plans, angles de vue…) est une vraie merveille en termes de narration (cf quand l’ombre du tyrannosaure s’abat sur les trois enfants). D’autre part, l’album ne comporte aucun texte, pas la moindre onomatopée. Les illustrations se suffisent à elles-mêmes et prennent vie, littéralement. Une expérience de lecture à la fois déroutante et rudement intéressante !
Bon point : l’album met en scène des filles et un garçon de différentes origines ethniques.

Idéal pour : initier les pious à la lecture d’image et à la narration

Dessine ! Bill Thomson, L’Ecole des loisirs, 2011

Dessine ! Bill Thomson, L'Ecole des loisirs, 2011
© Dessine ! Bill Thomson, L’Ecole des loisirs, 2011
Dessine ! Bill Thomson, L'Ecole des loisirs, 2011
© Dessine ! Bill Thomson, L’Ecole des loisirs, 2011
Dessine ! Bill Thomson, L'Ecole des loisirs, 2011
© Dessine ! Bill Thomson, L’Ecole des loisirs, 2011
Dessine ! Bill Thomson, L'Ecole des loisirs, 2011
© Dessine ! Bill Thomson, L’Ecole des loisirs, 2011
Dessine ! Bill Thomson, L'Ecole des loisirs, 2011
© Dessine ! Bill Thomson, L’Ecole des loisirs, 2011
Dessine ! Bill Thomson, L'Ecole des loisirs, 2011
© Dessine ! Bill Thomson, L’Ecole des loisirs, 2011
Dessine ! Bill Thomson, L'Ecole des loisirs, 2011
© Dessine ! Bill Thomson, L’Ecole des loisirs, 2011

[DIY] Samedi 6 février : atelier superhéros et superhéroïnes au Club de Créteil

Atelier superhéros à la MJC de Créteil

Mon 3e atelier parents-enfants au Club de Créteil aura lieu ce samedi de 14h00 à 16h00 et il aura pour thème les superhéros et les superhéroïnes.

Tu as un talent caché, un don que tu aimerais révéler à la face du monde ? Viens inventer le masque et les accessoires qui mettront en lumière ton superpouvoir !

[DIY] Samedi 23 janvier : mon 2e atelier parents-enfants au Club de Créteil

Montgolfères de papier

Je te donne rendez-vous samedi prochain, au Club de Créteil, pour un nouvel atelier parents-enfants. Nous fabriquerons des montgolfières en papier pour fêter la nouvelle année et les 40 ans de la MJC.

Et promis, cette fois, je ne fais rien brûler ! 😀

[Littérature jeunesse] 8 pépites découvertes au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (édition 2015)

Tu as besoin de faire un petit cadeau de dernière minute à un enfant ? Au lieu de lui prendre un jouet qui fait du bruit, et si tu lui achetais un livre ? C’est facile à transporter, ça coûte moins de 20€ et pas besoin de changer les piles !

Au dernier Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, j’ai découvert des albums extraordinaires, et j’avais très envie de partager ces trouvailles avec toi. Il y en a pour tous les goûts : il y a des livres drôles, des livres poétiques, des livres intelligents, des livres caca prout… Ils sont tous beaux, bien écrits et méritent tous une place de choix dans la bibliothèque d’un piou.

Je te laisse en compagnie de ces 8 petites merveilles…

 

9 mois de Jean-Marc Fiess

1. Le plus virtuose : 9 mois

A travers 9 tableaux de papier savamment découpé et agencé, Jean-Marc Fiess retrace les différentes phases par lesquelles passent les futurs parents : rêver, avoir peur, chercher un prénom, attendre…

La pudeur des mots et la fragile complexité des illustrations capturent avec beaucoup de justesse cette période un peu étrange qui précède la naissance d’un enfant.

Cadeau parfait pour : un bébé tout neuf.

9 mois, Jean-Marc Fiess, Albin Michel, 2015

Pop up nuage
© 9 mois de Jean-Marc Fiess, Albin Michel
Enchevêtrement de routes
© 9 mois de Jean-Marc Fiess, Albin Michel
A la recherche d'un prénom
© 9 mois de Jean-Marc Fiess, Albin Michel
Attendre au fil des saisons
© 9 mois de Jean-Marc Fiess, Albin Michel
Bébé dans son berceau
© 9 mois de Jean-Marc Fiess, Albin Michel

 

 

Rien qu'une fois de Séverine Vidal et Csil
2. Le plus poétique : Rien qu’une fois

Rien qu’une fois, je voudrais m’allonger sur un nuage, planter des mots et les regarder pousser, ou me promener, toute petite dans un livre…

Tout dans ce petit ouvrage est léger et délicat comme des aigrettes de pissenlit que l’on soufflerait au visage d’un enfant. Une véritable invitation à se laisser porter par ses rêveries.

Cadeau parfait pour :
un tout petit mini piou.

Rien qu’une fois, de Séverine Vidal et Csil, Editions Winioux

Rien qu'une fois de Séverine Vidal et Csil
© Rien qu’une fois de Séverine Vidal et Csil, Editions Winioux
Rien qu'une fois de Séverine Vidal et Csil
© Rien qu’une fois de Séverine Vidal et Csil, Editions Winioux
Rien qu'une fois de Séverine Vidal et Csil
© Rien qu’une fois de Séverine Vidal et Csil, Editions Winioux
Rien qu'une fois de Séverine Vidal et Csil
© Rien qu’une fois de Séverine Vidal et Csil, Editions Winioux

 

 

Monstre rose d'Olga de Dios

3. Le plus tolérant : Monstre rose

Monstre rose vient au monde dans une ville blanche où toutes les maisons se ressemblent. Dès le début, quelque chose cloche. Il est grand alors que tous les autres sont petits. Il rigole sans arrêt alors que tous les autres gardent le bec clos. Sa maison n’est même pas à sa taille.
Bref, il fait tâche.

D’aucuns diraient qu’il n’est pas adapté au monde dans lequel il vit. Mais Monstre rose, lui, voit les choses différemment. C’est ce monde-là qui n’est pas adapté à lui. Un beau jour, il décide donc de partir. Après des jours et des jours de voyage, au détour d’un arc-en-ciel, il découvre un pays incroyable peuplé de créatures multicolores, toutes aussi excentriques que lui…

Cadeau parfait pour : tous les pious, et plus encore s’ils se sentent un peu en décalage avec les autres

Dédicace de Monstre rose
© Monstre rose d’Olga de Dios, Editions Winioux
Monstre rose et les petits oiseaux blancs
© Monstre rose d’Olga de Dios, Editions Winioux
L'univers blanc avec lequel Monstre rose ne cadre pas
© Monstre rose d’Olga de Dios, Editions Winioux
Monstre rose et sa maison
© Monstre rose d’Olga de Dios, Editions Winioux
Monstre rose s'en va
© Monstre rose d’Olga de Dios, Editions Winioux
Monstre rose et ses nouveaux amis
© Monstre rose d’Olga de Dios, Editions Winioux
La nouvelle maison de monstre rose
© Monstre rose d’Olga de Dios, Editions Winioux

 

 

Rosalie aime le rose, de Claire Cantais

4. Le plus féministe : Rosalie aime le rose (mais pas seulement)

Titali tilala, Rosalie se trouve seule et elle aimerait en profiter pour… Mais voilà que débarque Barnabé. Barnabé le dragueur de supermarché. Barnabé le gros lourdingue. Barnabé le collant-gluant. Barnabé qui pense qu’il faut harceler les filles pour les emballer. Barnabé qui n’a rien compris DU TOUT au concept de séduction.

Mais Rosalie ne se laisse pas faire. Elle recadre l’importun et, enfin seule, se réjouit à l’idée de pouvoir… [je ne te spoile pas la fin car elle vaut son pesant de cacahouètes !]

Ce petit livre plein d’humour et d’irrévérence rappelle que le consentement est indispensable dans les relations entre garçons et filles. Et que ces dernières ne sont pas toujours de fragiles petites princesses !
(Pour info, les 2 autres livres de la trilogie des poilus sont tout aussi drôles et futés)

Cadeau parfait pour : les filles ET les garçons.

Rosalie aime le rose (Mais pas seulement), de Claire Cantais, L’Atelier du Poisson soluble, 2012

Barnabé vole un baiser
© Rosalie aime le rose (Mais pas seulement), L’Atelier du Poisson soluble
Rosalie repousse Barnabé
© Rosalie aime le rose (Mais pas seulement), L’Atelier du Poisson soluble
Barnabé est persuadé de son pouvoir de séduction
© Rosalie aime le rose (Mais pas seulement), L’Atelier du Poisson soluble
Rosalie affligée
© Rosalie aime le rose (Mais pas seulement), L’Atelier du Poisson soluble
Rosalie explique ce qu'est la séduction
© Rosalie aime le rose (Mais pas seulement), L’Atelier du Poisson soluble

 

 

La robe des friandises
© Les Robes de la reine, de Vavoute et l’Atelier SAJE, Marcel & Joachim

 

5. Le plus fashion : les robes de la reine

Te souviens-tu de Peau d’Âne et de ses robes merveilleuses, couleur de soleil, de lune ou de temps ? Chaque nuit, sous les ordres d’une mauvaise fée, la reine se voit contrainte de confectionner des robes plus extraordinaires encore.

Ce livre graphique et coloré est un régal pour les yeux. Chaque volet de papier, chaque roue, chaque repli cache une surprise. Un bonbon !

Cadeau parfait pour : les fans de mode et de princesses

Les Robes de la reine, de Vavoute et l’Atelier SAJE, Marcel & Joachim, 2015

La robe couleur de temps
© Les Robes de la reine, de Vavoute et l’Atelier SAJE, Marcel & Joachim
La robe des mers
© Les Robes de la reine, de Vavoute et l’Atelier SAJE, Marcel & Joachim
La robe aux oiseaux
© Les Robes de la reine, de Vavoute et l’Atelier SAJE, Marcel & Joachim
La robe de nuit
© Les Robes de la reine, de Vavoute et l’Atelier SAJE, Marcel & Joachim

 

 

Rosie, géniale ingénieure, de  Andrea Beaty et David Roberts, Sarbacane

6. Le plus optimiste : Rosie, géniale ingénieure

Le talent n’attend pas le nombre des années, et Rosie en est la preuve vivante. Fille spirituelle de McGuyver, elle invente des machines improbables à partir du bric-à-brac qu’elle glane dans les poubelles ou dans le frigidaire.

Mais suite à un énorme fiasco, Rosie perd confiance en elle.

Heureusement que son arrière-grand-tante Rose, ancienne mécanicienne, la remet sur les rails : un premier essai, même un peu raté, c’est le premier pas vers la réussite !

Plein de vigueur et d’enthousiasme, cet album est traversé par l’esprit du “We can do it“, le célèbre slogan exhortant les Américain(e)s à retrousser leurs manches pendant la Seconde Guerre Mondiale. Tout est possible, les échecs n’ont rien d’insurmontable, il ne faut surtout pas se décourager… ni lâcher ses rêves !

Cadeau parfait pour : tous les enfants, et plus particulièrement ceux qui doutent d’eux-mêmes.

Rosie, géniale ingénieure, de Andrea Beaty et David Roberts, Sarbacane, 2014

Rosie fait les poubelles à la recherche de trésors
© Rosie, géniale ingénieure, de Andrea Beaty et David Roberts, Sarbacane
Le bric à brac de Rosie
© Rosie, géniale ingénieure, de Andrea Beaty et David Roberts, Sarbacane
Une machine improbable inventée par Rosie
© Rosie, géniale ingénieure, de Andrea Beaty et David Roberts, Sarbacane
Rosie découragée
© Rosie, géniale ingénieure, de Andrea Beaty et David Roberts, Sarbacane
La grande tante de Rosie
© Rosie, géniale ingénieure, de Andrea Beaty et David Roberts, Sarbacane
Rosie et ses plans
© Rosie, géniale ingénieure, de Andrea Beaty et David Roberts, Sarbacane

 

 

Panique au village des crottes de nez ! de Mrzyk et Moriceau, Editions Les fourmis rouges

7. Le plus cracra : Panique au village des crottes de nez

On ne peut pas lire que des livres intelligents et riches de sens aux enfants, hein, sinon la vie serait… euh… pas super drôle. Je te propose donc une petite récréation caca-boudin-crotte de nez qui a des chances de plaire à ta progéniture.

Henri, Josiane et leurs enfants vivent heureux dans un village de maisons-nez, au milieu de leurs amies crottes de nez. Ce village, c’est une sorte de Center Parc, avec la piscine et tout et tout, mais en plus gluant.

Quand soudain, c’est le drame.

Un matin, les crottes de nez retrouvent Papy Boulette en larmes. Pendant la nuit, après avoir saccagé sa maison, un doigt géant a kidnappé toute sa famille !
La panique s’empare du village. D’où vient ce doigt ? Reviendra-t-il pour perpétrer ses horribles méfaits ? Plus personne n’est en sécurité. Henri et Josiane décident de mettre leur famille à l’abri. S’ensuivent de nombreuses visites pour trouver la maison idéale…

Cadeau parfait pour : les mômes en pleine période caca boudin.

Panique au village des crottes de nez ! de Mrzyk et Moriceau, Editions Les fourmis rouges, 2015

La famille crotte de nez
© Panique au village des crottes de nez ! de Mrzyk et Moriceau, Editions Les fourmis rouges
Le village des crottes de nez
© Panique au village des crottes de nez ! de Mrzyk et Moriceau, Editions Les fourmis rouges
Les crottes de nez à la piscine
© Panique au village des crottes de nez ! de Mrzyk et Moriceau, Editions Les fourmis rouges
L'attaque du doigt
© Panique au village des crottes de nez ! de Mrzyk et Moriceau, Editions Les fourmis rouges
Une maison saccagée
© Panique au village des crottes de nez ! de Mrzyk et Moriceau, Editions Les fourmis rouges
Quelle maison choisir ?
© Panique au village des crottes de nez ! de Mrzyk et Moriceau, Editions Les fourmis rouges
Une maison caca
© Panique au village des crottes de nez ! de Mrzyk et Moriceau, Editions Les fourmis rouges

 

 

Le Petit Chapubron rouge, de Alain Serres, Charles Perrault et Clotilde Perrin, Rue du Monde

8. Le plus pédago : le Petit ChaPUBron rouge

La publicité est partout : à la télévision, sur internet, dans les magazines, sur les murs de la ville… Pourquoi les livres pour enfants seraient-il épargnés ? Après tout, si l’on n’a vraiment pas envie de regarder les pubs, on peut toujours faire semblant de ne pas les voir, non ?

Eh bien ce n’est pas si simple que ça. Parasité par des encarts publicitaires aux couleurs chatoyantes et aux slogans entêtants, le conte du Petit Chaperon rouge devient un parcours du combattant. La lecture se trouve ralentie, perturbée, et au final… c’est la pub qui nous reste en tête. Bel exemple de la lobotomie à laquelle nous sommes soumis chaque jour !

Cadeau parfait pour : tous les enfants qui souhaitent devenir des citoyens accomplis

Le Petit ChaPUBron rouge, de Alain Serres, Charles Perrault et Clotilde Perrin, Rue du Monde, 2010

Le Chapubron rouge et le loup
© Le Petit Chapubron rouge, de Alain Serres, Charles Perrault et Clotilde Perrin, Rue du Monde
L'histoire du Petit Chaperon rouge parasité par la pub
© Le Petit Chapubron rouge, de Alain Serres, Charles Perrault et Clotilde Perrin, Rue du Monde
L'histoire du Petit Chaperon rouge parasité par la pub
© Le Petit Chapubron rouge, de Alain Serres, Charles Perrault et Clotilde Perrin, Rue du Monde
Exemple de pub
© Le Petit Chapubron rouge, de Alain Serres, Charles Perrault et Clotilde Perrin, Rue du Monde

Je t’invite également à aller faire un tour du côté de ma copine la Licorne, qui t’a préparé une sélection aux petits oignons.

[DIY] Mon (catastrophique) premier atelier parents-enfants

Samedi, j’ai animé mon tout premier atelier créatif dans le cadre du salon familial du Club de Créteil. J’avais un peu peur que personne ne vienne, mais finalement, 19 parents et enfants ont participé à l’atelier : impeccable pour une première !

A ceux qui manquaient d’inspiration, j’ai proposé de réaliser le petit pingouin dont le tutoriel se trouve ici. Et tandis que la pâte Fimo cuisait, j’avais prévu un peu d’origami, avec la réalisation de ces diamants de papier.

Sauf que… ben sauf que je suis un GROS BOULET : j’ai indiqué à Besma (la référente du salon familial) une température de four beaucoup trop élevée. Toutes les jolies figurines patiemment réalisées par les mamans et les enfants ont donc brûlé.

Incendie Jennifer Lawrence
Oups, c’est pas du tout ce qui était censé se passer…

 

Les fillettes de l’atelier danse classique, toutes en tutu rose, sont passées devant la cuisine juste au moment où je retirais la plaque du four. Je te laisse imager leur tête en voyant les figurines carbonisées…

Le drame
Les figurines de pâte polymère n’ont pas trop apprécié le four à 180°… Et au passage, j’ai empoisonné l’air de la MJC sur 3 étages avec l’odeur âcre de plastique brûlé. Bah ouais, tant qu’à faire une connerie, hein, autant la faire bien…

 

Inutile de te dire que dans un moment pareil, lorsque tu te rends compte que tu viens de flinguer le travail de 19 personnes :
a) Tu te détestes
b) Tu te sens très très con
c) Tu paniques
d) Tu te re-détestes encore un coup.

Heureusement, Besma a fait preuve d’un sang-froid admirable et a aussitôt trouvé une solution pour sauver l’atelier : en se dépêchant un peu, les parents et les enfants doivent pouvoir refaire une petite figurine. Et pour gagner du temps, chacun pré-remplira son pot avec les paillettes de son choix. Besma et moi, nous nous chargerons du montage final.

Quand je vois le résultat, je ne peux pas m’empêcher de penser que cet incident est un mal pour un bien : les deuxièmes réalisations sont encore plus belles que les précédentes !

Sapins en Fimo réalisés par les familles du Club de Créteil Sapins en Fimo réalisés par les familles du Club de Créteil

 

Cette fois-ci, rien n’a brûlé, et nous avons pu terminer les boules à neige que les participants récupéreront la semaine prochaine, lors de la fête de Noël de la MJC.

Boules à neige réalisées par les familles du Club de Créteil

 

Ne sont-elles pas sensas, ces boules à neige ? Bravo bravo aux mamans et aux enfants ! (Et je m’excuse encore mille fois d’avoir fait brûler votre travail).

Boules à neige réalisées par les familles du Club de Créteil

 

Mis à part le malheureux épisode du four, j’ai pris un plaisir fou à animer cet atelier. Et j’espère que les participants ont passé un bon moment eux aussi.

Ce premier essai légèrement foireux n’a par bonheur pas découragé Besma, qui a prévu de me confier de nouveaux ateliers jusqu’à la fin de l’année scolaire.
Par contre, je me demande bien quelle nouvelle catastrophe je vais pouvoir inventer pour la prochaine fois, parce que j’ai mis la barre très très haut ! :p

Contenu de l’atelier :
Le tuto des boules à neige pingouin

Le tuto des diamants de papier

(Je présente les faits de manière humoristique, mais je suis profondément désolée d’avoir gâché le travail des enfants et des mamans à cause d’une erreur stupide. J’espère qu’ils ne sont pas trop déçus).